Connexion    



À Monsieur Roch-Olivier Maistre, Président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA)

De :  Régis Ravat, Président de l'Afrav

Objet : Pour le respect des obligations à l'égard de la langue française incombant à France Télévisions, service public de l'audiovisuel français.

Destinataire :  M. Roch-Olivier Maistre, Président du Conseil supérieur de l'audiovisuel -Tour Mirabeau - 39-43 quai André-Citroën - 75739 Paris Cedex 15


Lettre envoyée, le vendredi 1er mars 2019

 

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire cette lettre pour vous demander d’intervenir auprès de la direction de France 2 afin que la chanson « Roi », chantée par Bilal Hassani, une chanson sélectionnée par un télé-crochet organisé par cette chaîne pour représenter la France au concours de l’Eurovision 2019, à Tel-Aviv, en Israël, soit déclarée hors jeu.

En effet, cette chanson, comme on peut le constater aisément, est une chanson bilingue français-anglais. À voir le règlement de plus près, cependant, je me suis rendu compte que ledit règlement - le même que celui de 2018 qui a été reconduit pour 2019, selon ce que j’ai lu sur le site http://www.eurovision-fr.net -, stipule que la chanson qui représentera la France à l'Eurovision doit avoir au moins 70% de paroles en français. Or, la chanson de Bilal Hassani, c'est 50% de paroles en anglais et 50% en français. 

J’ai compté : 159 mots en anglais contre 157 en français ! L'anglais est même majoritaire !

Que penser également du décret n° 2009-796 du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de la   société nationale de programme France Télévisions qui dit en son article 39 :

« Tendant à être une référence dans l'usage de la langue française, France Télévisions contribue à sa promotion et à son illustration dans le cadre des recommandations du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Elle veille à l'usage et au respect de la langue française par le personnel intervenant sur ses services conformément aux dispositions de la loi n° 94-665 du 4 août 1994 et, notamment, proscrit les termes étrangers lorsqu'ils possèdent un équivalent en français. » ?

Questions : En quoi chanter en bilingue français-anglais serait une référence dans l'usage de la langue française et comment peut-on dire que l'on fait la promotion de la langue française, alors qu'à    travers le bilinguisme français-anglais, on souligne que sans l'anglais, notre langue ne se suffit pas,qu’elle est une langue bancale, en quelque sorte ? De plus, si France Télévisions proscrit les termes étrangers, comment expliquer qu’elle soutienne le bilinguisme français-anglais ?

Que penser encore du décret n° 2009-796 du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions qui dit en son article 37 :

« Dans le cadre de lutte contre les discriminations et la représentation de la diversité à l'antenne, France Télévisions prend en compte, dans la représentation à l'antenne, la diversité des origines et des cultures de la communauté nationale. (...) » ?

Questions : L'anglais n'ayant aucun statut particulier et officiel en France, chanter en bilingue français-anglais est une discrimination linguistique faite à l'encontre des langues étrangères autres que l'anglais. De plus, en quoi chanter en bilingue français-anglais serait considéré comme prendre en compte la diversité des origines et des cultures de la communauté nationale ? Y aurait-il des communautés anglophones en France ? 

- Que penser, enfin, de l'article 15 de la loi n°94-665, dite loi Toubon, qui dit :

« L'octroi, par les collectivités et les établissements publics, de subventions de toute nature est subordonné au respect par les bénéficiaires des dispositions de la présente loi. (NDLR : c'est-à-dire de la langue française). Tout manquement à ce respect peut, après que l'intéressé a été mis à même de présenter ses observations, entraîner la restitution totale ou partielle de la subvention. » ?

Question : Comment peut-on dire que l'argent public qui va servir la chanson bilingue de Bilal Hassani, entre dans les critères de l'article 15 de la loi Toubon ? 

Fort de tous ces éléments, je vous demande de bien vouloir intervenir auprès de la direction de France 2 afin que la chanson « Roi » de Bilal Hassani ne représente pas la France au concours de l’Eurovision 2019, dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l'assurance de toute ma considération.

Régis Ravat, Président de l'Afrav

- Lettre au format PDF

- Réponse de M. Guillaume Blanchot, directeur général du CSA

 

Réponse de l'Afrav à la lettre de M. Blanchot, adressée au Président du CSA

Monsieur le Président,

Le 4 avril 2019, par l’intermédiaire du directeur général du CSA, M. Guillaume Blanchot, j’ai reçu une réponse à ma lettre du 1er mars 2019 à vous adressée, une lettre dans laquelle je demandais que vos services interviennent auprès de la direction de France 2 afin que la chanson « Roi », chantée par Bilal Hassani, une chanson sélectionnée par un télé-crochet organisé par cette chaîne pour représenter la France au concours de l’Eurovision 2019, à Tel-Aviv, en Israël, soit déclarée hors jeu.

Monsieur Guillaume Blanchot m’a répondu que « le CSA ne saurait se prononcer sur un choix qui relève de l’organisateur du concours de l’Eurovision, l’Union européenne de radio-télévision, et de son règlement. » (voir sa lettre en pièce jointe).

Monsieur Guillaume Blanchot se trompe, car le règlement de l’UER est précis en la matière : « Le règlement actuel du concours dispose que les diffuseurs participants sont entièrement libres de choisir la langue dans laquelle les artistes les représentant, chanteront au concours : https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_au_Concours_Eurovision_de_la_chanson#cite_ref-uer3_13-0. 

Or, le diffuseur pour la France, c’est France Télévisions qui a donné à France 2 le soin d’organiser un télé-crochet (Destination Eurovision), afin de sélectionner le chanteur, ou la chanteuse, qui représentera la France au concours de l’Eurovision.

France 2 faisant partie de la Télévision publique française a des obligations à l’égard de la langue française, des obligations rappelées notamment au paragraphe 5, de l’article 43-11 de la loi  n°2017-86 du 27 janvier 2017 modifiant la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication :

« Les organismes du secteur public de la communication audiovisuelle, pour l'exercice de leurs missions, contribuent à l'action audiovisuelle extérieure, au rayonnement de la francophonie et à la diffusion de la culture et de la langue françaises dans le monde. […] »

Ainsi dit, selon la loi, la chanson servie par le service public de la Télévision française pour représenter la France au concours de l’Eurovision devrait être entièrement en français.

Mais, hélas, la pression des angliciseurs étant particulièrement forte depuis quelques années, France 2 a fini par céder à l’anglomanie ambiante et s’est autorisée, ce faisant, à édicter un règlement pour tenter de contourner la loi, un règlement stipulant que la chanson qui représentera la France à l'Eurovision devrait avoir au moins 70% de paroles en français (http://www.eurovision-fr.net).

Or, il s’avère - comme je vous l’ai signalé dans ma première lettre -, que même ce règlement n’est pas respecté par France 2, puisque la chanson de Bilal Hassani, c'est 50% de paroles en anglais et 50% en français. 

J’ai même compté : 159 mots en anglais contre 157 en français ! L'anglais est donc majoritaire !

Ainsi, France 2, en permettant à une chanson bilingue français-anglais de représenter la France au concours de l’Eurovision contrevient non seulement à la loi n°2017-86 du 27     janvier 2017, mais contrevient également au propre règlement qu’elle a mis en place pour la   sélection de cette chanson.

À l’appui de l’article 3-1 de la loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 modifiant la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, qui dit que le CSA veille à la qualité, à la défense et à l'illustration de la langue et de la culture françaises et à l’appui de tous les éléments que je vous ai cités précédemment, je vous demande de bien vouloir revenir sur votre position et d’intervenir, ce faisant, auprès de la direction de France 2, afin que la chanson bilingue français-anglais « Roi » de Bilal Hassani ne représente pas la France au concours de l’Eurovision 2019 - ou bien, si ledit chanteur devait être maintenu, qu’il soit invité à chanter sa chanson, tout en français.

Dans l’attente de connaître votre décision, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l'assurance de toute ma considération.

Régis Ravat, Président de l’A.FR.AV

Note : merci également de veiller à ce que les résultats du jury français soient donnés entièrement en français et non en bilingue français-anglais, comme le fait malheureusement Élodie Gossuin  depuis quelques années.

Copie :

- à Monsieur Franck Riester, ministre de la Culture,

- à Monsieur Paul de Sinéty, délégué général à la langue française et aux langues de France,

- à Monsieur Jacques Toubon, défenseur des Droits.

Lettre au format PDF

 

 

 




Publié par Régis RAVAT le 03 mars 2019

0 personne aime cet article.


Francophonie, mon avenir !

Aidez-nous, Soutenez-nous

Nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».