Connexion    



PORTONS PLAINTE CONTRE LES ANGLOMANES (année 2018) !

Nous l'avons tous remarqué : nous sommes de plus en plus agressés par des publicités où l'anglais domine et où, par voie de conséquence, notre langue est reléguée au second plan, voire carrément éliminée. 

Pour protester et agir contre cela, outre les autocollants que nous proposons à chacun de coller sur les publicités en anglais -  celles présentes dans les abris-bus, notamment -, outre le fait que l'on peut écrire aux DDPP (Directions Départementales de la Protection des Populations, anciennement les Fraudes [DGCCRF]), il y a aussi la possibilité de porter plainte directement auprès du Procureur de la République.

Pour cette action, il faut que la publicité présente un slogan en anglais qui soit écrit en plus gros caractères que sa traduction en français. Dans ce cas précis, la publicité est illicite au regard du paragraphe 2 de l’article 4 de la loi Toubon qui dit clairement que la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère.

Ne pas respecter l’article 4 de la loi Toubon en son paragraphe 2, entraîne une peine d'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe, et le fait que le non-respect de la loi peut déboucher sur une peine pénale, cela nous autorise à porter plainte auprès du Procureur de la République (ou auprès de la gendermerie de votre localité).

Porter plainte auprès du Procureur de la République est gratuit, et tout citoyen peut le faire, il suffit pour cela d'écrire une lettre en bonne et due forme, motivée et argumentée.

Voici, ci-après, les lettres que nous avons envoyées. N'hésitez pas à en faire de même et n'hésitez pas, non plus, à nous les transmettre afin que nous puissions les mettre sur cette page pour en faire profiter le plus grand nombre.

Plus il y aura de plaintes déposées, mieux ce sera, car si les Procureurs ne répondent pas à ces plaintes, nos collages sur les publicités illégales auront l'excuse de répondre à la non-intervention de l'autorité publique de faire respecter la loi.

À savoir : puisque les Procureurs dépendent du Parquet et que le Parquet dépend du ministère de la Justice, la non-intervention des Procureurs sera une preuve, de plus, que le gouvernement ne veut rien faire pour venir au secours de la langue française. 

 

Contre l'anglais de Nespresso, plainte auprès du Procureur de la République du TGI de Paris !

Monsieur le Procureur de la République,   

Je constate, hélas, que de plus en plus souvent la langue française, la langue officielle de notre pays, selon l’article II de notre Constitution, est mise à l’écart par rapport à l’anglais qui a tendance à se substituer à elle, et cela notamment dans la publicité.

 Ainsi, ai-je eu la désagréable surprise de voir, dans le journal le Midi Libre du 23 décembre 2017 (voir la pièce jointe), une publicité de Nespresso où l’accroche publicitaire « Very Happy Days » était écrite en caractères majuscules au moins 10 fois supérieurs à sa traduction française « Jours très heureux ».

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Paris

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais d'Euralille, plainte auprès du procureur de la République du TGI de Paris !

Monsieur le Procureur de la République,   

 

   Dans le centre commercial d’Euralille à Lille, j’ai eu la désagréable surprise de voir une accroche publicitaire écrite en anglais en caractères majuscules au moins 10 fois supérieurs aux caractères de la traduction française qui elle, de surcroit, était placée en retrait comme pour ne pas être vue.

 Manifestement, cette publicité présente dans des prospectus mis à la disposition de la clientèle dans l’ensemble du centre commercial d’Euralille (voir pièce jointe), mais également collée sous la forme de grands panneaux publicitaires sur les vitrines des boutiques de la galerie marchande en    attente d’être louées, est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "UNEXPECTED" d’Euralille.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Paris

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais de Boulanger, plainte auprès du procureur de la République du TGI de Lille !

Monsieur le Procureur de la République,   

J’ai la désagréable surprise de voir, en ce début du mois de janvier 2018, une publicité des magasins Boulanger (voir la pièce jointe), dont l’accroche publicitaire "Happy Home" est écrite en anglais et est présentée en caractères au moins 10 fois supérieurs à sa traduction française « La Maison du Bonheur » ou « Arts Ménagers », selon les cas.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Happy Home" de Boulanger.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Lille

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais de l'Arc club nîmois, plainte au Procureur de la République du TGI de Nîmes !

Monsieur le Procureur de la République,   

Depuis plusieurs années, dans les affiches publicitaires de l’Arc Club de Nîmes, je constate, hélas, que  le terme « indoor » est employé, comme s’il était normal que le commun des Francophones sache la signification de ce mot anglais, alors qu’en français, tout  naturellement, c’est l’expression française « EN SALLE » qu’il faut utiliser.

Déjà, en 2002, nous avions alerté la DGCCRF de Nîmes de ce problème, et son directeur de l’époque, M. Jean-Louis CECCHETTO avait fait alors le nécessaire pour que la place revienne à notre langue dans les affiches de l’Arc Club de Nîmes, en rappelant la loi relative à l’emploi de la langue française en France, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, au président de l’Arc Club de Nîmes de l’époque, M. François Grillat (Pièce n°1).

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République de Nîmes

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglolâtrie des magasins But : lettre au Procureur de la République du TGI de Meaux !

Monsieur le Procureur de la République,   

En ce début du mois de juillet 2018, j’ai eu la désagréable surprise de constater qu’une publicité des magasins But (voir la photo, ci-contre) avait une accroche     publicitaire écrite en anglais ("Crazy Literie") et que cette accroche publicitaire, fait inquiétant, était présentée en  caractères au moins 10 fois supérieurs à ceux de sa traduction française, en bas de page : « Literie en Folie ».

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas,   comme vous pouvez le constater pour la publicité "Crazy Literie", de But.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Meaux

-  Pas de réponse à ce jour !

Lettre à la DDPP (Fraudes)

Réponse de la DDPP de Seine-et-Marne

 

Contre l'anglais de Truffaut, plainte auprès du Procureur de la République du TGI d'Évry !

Monsieur le Procureur de la République,   

En ce début du mois de juillet 2018, j’ai eu la désagréable surprise de constater qu’une publicité des magasins Truffaut (voir la pièce jointe) avait une accroche    publicitaire écrite en anglais ("California Dream") et que cette accroche publicitaire, fait inquiétant, était présentée en  caractères au moins 10 fois supérieurs à ceux de sa traduction française, en bas de page : « Rêve californien ».

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas,   comme vous pouvez le constater pour la publicité "California Dream", de Truffaut.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI d'Évry

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais du CC Polygone, plainte au Procureur de la République du TGI de Montpellier !

Monsieur le Procureur de la République,   

Au courant du mois de mai 2018, j’ai eu la désagréable surprise de constater qu’une publicité du centre commercial Le Polygone (voir la pièce jointe et la photo ci-contre) avait une accroche publicitaire écrite en anglais ("Cooking Week") et que cette accroche publicitaire, fait inquiétant, était présentée en  caractères au moins 10 fois supérieurs à ceux de sa traduction française, « Semaine de la Cuisine », sur la droite de la publicité.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au  paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Cooking Week", du centre commercial Le Polygone.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Montpellier

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais des Montres Tudor, plainte auprès du Procureur de la République du TGI de Paris !

Monsieur le Procureur de la République,   

En ce début du mois de juillet 2018, j’ai eu la désagréable surprise de constater qu’une publicité des Montres Tudor (voir la photo, ci-contre) avait une accroche publicitaire écrite en anglais ("#Borntodare") et que cette accroche publicitaire, fait inquiétant, était présentée en  caractères au moins 10 fois   supérieurs à ceux de sa traduction française « Né pour oser », en bas de la  publicité.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "#Borntodare", des Montres Tudor.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Paris

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais d'Opel, plainte auprès du Procureur de la République du TGI de Cergy !

Monsieur le Procureur de la République,

Je constate, hélas, que de plus en plus souvent la langue française, la langue officielle de notre pays, selon l’article II de notre Constitution, est mise à l’écart par rapport à l’anglais qui a tendance à se substituer à elle, et cela notamment dans la publicité.

Ainsi, ai-je eu la désagréable surprise de voir, dans le journal le Midi Libre du 5 juillet dernier (voir la pièce jointe à cette lettre et la photo ci-contre), une publicité d’Opel-France où l’accroche publicitaire "German Days Opel" était écrite en anglais et en caractères majuscules au moins 10 fois supérieurs à sa traduction française « Les Journées Allemandes », traduction, de surcroît, difficilement lisible tout en bas de la publicité.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "German Days Opel" d’Opel-France.

(...)

- Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Cergy

- Deuxième infraction constatée, deuxième plainte !

- Plainte classée sans suite par le Procureur de la République de Cergy 

- Appel de cette décision auprès du Procureur général de Versailles

- Accusé de réception de notre recour (de notre appel)

Recours rejeté par le procureur général de Versailles

- Lettre au Défenseur des Droits

- Réponse du défenseur des Droits

- Cette balade à travers la paperasserie française pour n'aboutir à rien, n'est pas sans me rappeler le film « Les 12 travaux d'Astérix », dans la maison qui rend fou. Pauvre France !



Contre l'anglais d'Audi, plainte au Procureur de la République du TGI de Soissons !

Monsieur le Procureur de la République,

Je constate, hélas, que de plus en plus souvent la langue française, la langue officielle de notre pays, selon l’article II de notre Constitution, est mise à l’écart par rapport à l’anglais qui a tendance à se substituer à elle, et cela notamment dans la publicité.

Ainsi, ai-je eu la désagréable surprise de voir dans le journal le Midi Libre du 16 juin dernier (voir la pièce jointe à cette lettre et la photo ci-contre), une publicité d’Audi-France où l’accroche publicitaire "Journées All Access" était écrite en partie en anglais et en caractères majuscules au moins 10 fois supérieurs à sa traduction française « Journées exceptionnelles », traduction difficilement lisible tout en bas de la publicité.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Journées All Access" d’Audi-France.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Soissons

- Pas de réponse à ce jour !

 

Contre l'anglais des bières Desperados, plainte au Procureur de la République du TGI de Nanterre !

Monsieur le Procureur de la République,

En ce début du mois d’août 2018, j’ai eu la désagréable surprise de constater qu’une publicité des bières Desperados du groupe Heineken (voir la photo, ci-contre) avait une accroche publicitaire faite du mot en anglais "Born" suivi d’un mot français et que cette accroche publicitaire, fait inquiétant, était présentée en caractères au moins 10 fois supérieurs à ceux de sa traduction française, en bas de page : « Née unique ».

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Born Unique", de Heineken.

(...)

- Notre plainte auprès du procureur de la République de Nanterre

- Le Procureur de la République de Nanterrre classe notre plainte, mais a donné un avertissement au contrevenant

 

Contre l'anglais de Mercedes-Benz, plainte au Procureur de la République du TGI de Versailles !

Monsieur le Procureur de la République,

Je constate, hélas, que de plus en plus souvent la langue française, la langue officielle de notre pays, selon l’article II de notre Constitution, est mise à l’écart par rapport à l’anglais qui a tendance à se substituer à elle, et cela notamment dans la publicité.

Ainsi, ai-je eu la désagréable surprise de voir, dans le journal le Midi Libre du 13 septembre dernier (voir la pièce jointe à cette lettre et la photo ci-contre), une publicité Mercédès-Benz-France où l’accroche publicitaire "Star Days" était écrite en anglais et en caractères majuscules au moins 10 fois supérieurs à sa traduction française « Journées étoilées », traduction, de surcroît, difficilement lisible tout en bas de la publicité.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Star Days" de Mercédès-Benz-France.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Versailles

Plainte classée sans suite par le procureur de la République de Versailles

Appel de cette décision auprès du Procureur général près la Cour d'appel de Versailles

 

Contre l'anglais de l'aéroport de Nîmes, plainte au Procureur de la République du TGI de Nîmes !

Monsieur le Procureur de la République,   

J’ai la désagréable surprise de voir, en ce début du mois d’octobre 2018, une publicité de l’aéroport de Nîmes-Alès-Camargue-Cévennes (voir la photo ci-contre), dont l’accroche publicitaire "Tea for two" est écrite en anglais et est présentée en caractères au moins 10 fois supérieurs à ceux de sa traduction française écrite en bas de l’affiche.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de    notre pays, la loi n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Tea for two" de l’aéroport de Nîmes-Alès-Camargue-Cévennes.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République du TGI de Nîmes

Lettre à la DDPP (fraudes) de Nîmes

- Pas de réponses à ce jour !

 

Contre l'anglais du groupe HomeSalons, plainte au Procureur de la République du TGI de Nice !

Monsieur le Procureur de la République,   

J’ai eu la désagréable surprise de voir, au début du mois d’octobre 2018, une publicité du groupe HomeSalons (voir la photo ci-contre), dont l’accroche     publicitaire "Crazy Days" est écrite en anglais et est présentée en caractères au moins 20 fois supérieurs à ceux de sa traduction française écrite en bas à gauche de l’affiche.

Manifestement, cette publicité est en infraction avec la loi linguistique de notre pays, la loi   n°94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, car, si je me réfère au paragraphe 2 de l’article 4 de ladite loi, la présentation en français doit être aussi lisible que la présentation dans la langue étrangère, ce qui n’est pas le cas, comme vous pouvez le constater pour la publicité "Crazy Days" du groupe HomeSalons.

(...)

Notre plainte auprès du procureur de la République de Nice

- Pas de réponse à ce jour !

 

 

 




Publié par Régis RAVAT le 09 juillet 2018

0 personne aime cet article.


Orthographe, corrections : contact.sy@aliceadsl.fr

Défendez le français, financez des procès,

nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».